nature.et.partage

pour la terre, partageons la nature sans nous battre. mais... comment?


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

L'endurance et la locomotion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 L'endurance et la locomotion le Sam 29 Nov - 2:04

Invité


Invité
ENDURANCE ET TRAVAIL
Si on ne fournis que les 3/4 de la cadence que l'on pourrait faire, on se fatigue moins, et on finit par, toujours en faisant 3/4 de ce que l'on pourrait faire, beaucoup plus qu'avant. L'enjeu et de comprendre que dans tout ce qui est cadencé, complexe, il faut garder une marge. Cette marge doit être plus large au début pour l'apprentissage, ce qui permet de mettre de "l'énergie" (mentale autant que physique) de coté qui est ainsi plus utilement employée à réajuster les articulation de raisonnement, l'organisation, l'apprentissage. En faisant 0.6 à 0.7 unités base 1, on finit par faire 0.6 à 0.7 unité base 2 ou 3, soit l'équivalent de 1.2 à 1.4 unités base 1. Le passage de la base 1 à 2 ou 3 étant le fait des progrès.
À terme, non seulement on travaille plus vite, mais mieux. C'est ainsi que les pays asiatiques procèdent, ils travaillent mieux, plus longtemps et sans stress. En fait ils ne travaillent pas vraiment, ils font un sport de haut niveau, même dans le tête ils ont cette idée de fierté qui y correspond, et ce sport consiste à travailler efficament pour faire mieux que les autres pays.
Nous, dans les pays occidentaux nous faisons l'inverse.
En mettant la pression aux ouvriers, nous les faisons sortir de l'endurance. D'abords nous les dégouttonts du travail en les mettant dans le rouge, ce qui leur faire perdre l'énergie mentale de base: la motivation. Celle si est réelle avec le plaisir de vivre. Si les gens n'ont même plus de droit de parler ou ne peuvent ralentir si besoin, gérer leur cadence, la motivation s'érode. La seule énergie restante étant la motivation de l'argent, voir celle de ne pas se faire virer. Ils sont en résistance: l'épuisement survient très rapidement et de plus il n'y a pas de progrès. Les lois de la survie imposent de bâcler, pour faire descendre la solicitation, qui de plus, sans motivation réelle est plus éprouvante. On ne fait alors que 0.8 unité sans que l'unité de base à cadence maximale progresse, descend même.
Pour maintenir l'unité de base à 1, on embauche des jeunes pas encore épuisé et puis on les virre quand ils en peuvent plus, quand leur base est en dessous de 1.
Nous faisons donc du travail moins bien fait, en souffrant plus, et en ayant énormément plus de frais de confort de compensation, de frais de santé, de frais de retour de marchandise... si nous voulons perdre une guère économique nous ne pouvons pas mieux nous y prendre. C'est un peu comme si nous comparions des équippage de bateau d'aviron. la bateau occidental a un barreur qui leur dit lors d'un entraînement d'aller toujours, toujours plus vite: et ils s'épuisent tout en ramant mal et ne vont jamais très vite. Dans le bateau oriental, on travaille en sous cadence en examinant les paramètres techniques, et finalement le bateau glisse mieux, et devient compétitif.
Dans le monde du travail nous avons oublié que le travail au quotidien est comme un entraînement qui consiste à se parfaire pour faire bien mieux plus tard... et non pas à en faire le maximum possible pour aujourd'hui.
Nous constatons que les règles de l'endurance s'appliquent de l'apprentissage scolaire à celui du morse aussi bien que pédaler ou tenir des cadences de travail.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum