nature.et.partage

pour la terre, partageons la nature sans nous battre. mais... comment?


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

L'HABITAT Économiser l'énergie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 L'HABITAT Économiser l'énergie. le Sam 29 Nov - 2:12

Invité


Invité
Habitat: économiser l'énergie.

Voici encore un sujet bien parcouru par les médias: le problème est sorti.
Que faire de remarques alors?

En tous domaine nous devrions respecter que notre transport, notre habitat, n'utilise guère plus d'énergie que le métabolisme humain en demande, disons qu'il soit dans une échelle d'ordre de grandeur qui ne dépasse de beaucoup l'énergie demandée par le métabolisme humain:
cette considération compte par ce que nous devons prévoir de vivre à près de 10 milliards sur terre, et que nos simples organismes, seuls demanderaient déjà beaucoup à la planète, nous devons faire en sorte de ne pas trop multiplier les besoins.
Un être humain des pays occidentaux demande une moyenne de 6000 watts pour un besoin métabolique de l'ordre de 200 watts, c'est à dire une multiplication de sa demande par 30.
Cette demande étant satisfaite par l'énergie fossile, elle n'entre pas en concurrence avec le besoin de la vie, mais cela va changer si on renonce aux énergies fossiles (autant à cause du CO2 qu'à cause de leur caractère épuisable), ou aux énergies nucléaires (qui sont trop chères pour être réellement sécurisées et pèsent lourd en technologie "d'à coté")
Si nous ne rectifions pas nos besoins de transports et de maison, c'est comme si nous voulions vivre à 300 milliards d'habitant sur la planète..

Ordre de grandeur: le métabolisme humain...
le métabolisme humain correspond à un maximum de l'ordre de 10 à 15 kwh par mois d'énergie mécanique et de l'ordre de 30kwh par mois en tout.
traduit en litre de fioul ou de gazoil, cela ne fait que 3 litres, voir 2.5 kg environ.
Si on traduit en agrocarburant, puisque grossièrement il faut 10 mètre carré par litre, cela correspond en un an à 1560 mètre carré d'agriculture, mais c'est un faux calcul à moins de produire des agrocarburants sans engrais chimiques et avec de la traction animale... il en faudrait alors 3 fois plus soit pas très loin d'un demi hectare (68 mètres de coté) On le constate ici: les besoins humains demandent à peu près un hectare par personne avec des énergie renouvelables dont la moitié serait déjà exigée par l'entretien de l'habitat même. La surface consacrée au solaire serait du même ordre de grandeur, moins à l'utilisation mais il faut compter le poids technologique de la fabrication.

énergies fossiles?
ce qui passe en énergie dans l'habitat ne devrait donc pas dépasser l'équivalent de 3 litre/personne par semaine de fioul soit 10 litres par semaine environ, ou en parlant en kwh, nous ne devrions pas trop nous écarter de 100kwh/mois ou 1200 par an...
Nous ne devrions pas pour respecter le maximum de 40 millions de barils/jour disposer de plus de 19 litres de carburant fossile par mois et par personne, partagé équitablement, et en tout pour le chauffage et les transports. Mais comme nous avons abusé et que nous devrions non pas rejetter "le maximum tolérable" mais "moins pour rattraper le trop qui vient d'être rejetté" nous devrions même réduire à 20 millions de barils /jour, soit prévoir une moyenne de 10 litres/mois/personne pour tout: transport plus chauffage.

Ce qui gaspille le plus d'énergie dans l'habitat est, en dehors du chauffage électrique, qui devrait être inutile puisque l'on sait maintenant concevoir des maisons sans chauffage (capteur solaires thermiques, stockage de chaleur dans le sous sol...)
- la lumière... car c'est en fait du chauffage électrique à 99% qui chaufffe même l'été.
- le frigo: c'est un chauffage électrique qui englouti à lui seul quelques 20 à 50kwh/mois.
j'avais calculé qu'un frigo demande en énergie l'équivalent de ce que produirait l'équipage d'un quatre (quatre athlètes) s'entrainant 2h par jour.
- le manque d'activité physique et le non savoir se vêtir: les gens sont frileux et montent le chauffage parfois au dessus de 20°

La lumière: nous avons mis au point un composant merveilleux, la diode électroluminescente. Elle a un énorme avantage sur les lampes fluo compacte: une plus grande durée de vie mais aussi une invulnérabilité parfaite aux sucessions d'allumage: les diodes conviennent à merveille pour les lampes à gradateur de lumières (elles conservent le rendement sur une grande plage de variation d'intensité), peuvent s'éclairer et s'éteindre à volonté, même plusieurs centaines de fois par seconde. On n'aime pas leur dominante bleutée mais cela se résoud facilement en modifiant un peu la composition de produit de pompage optique, ce qui d'ailleurs est au point.
En plus la source de lumière peut être au choix compacte, ponctuelle ou diffuse, les diodes peuvent remplacer à merveille les lampes hallogènes très directives pour les ateliers ou bureaux. Elle peuvent prendre place dans les luminaires qui en raison de le forme acceptaient mal les lampes fluo compactes pas assez compactes en raison du ballast.
Enfin, les diodes ne sont pas polluantes sur le plan radio électrique comme les fluo compacts qui pourrissent parfois le spectre HF et VHF.

La non cormercialisation des diodes en tant qu'éclairage urbain et domestique est sans doute du à des lois commerciales par rapport aux produits déjà existants.

Pour ce qui est des lampadaires à diode, il me semble que ça se fait. A vérifier sur le site de l'ANPCEN (association pour la protection du ciel et de l'environnement nocturne). Il existe même des lampadaire à éolienne !

Mais comme ils sont "écologiques", les municipalités vont être tentées d'en mettre partout, pour faire joli, et on risque ainsi de voir disparaitre les étoiles un peu plus.
Heureusement, certaines villes ont pris conscience du problème et commencent à moins et mieux éclairer la nuit.

Voir le profil de l'utilisateur

Invité


Invité
Il serait plus judicieux de n'éclairer que vers le bas (réflecteur) ce qui est fait mais sans réduire la puissance de la lampe, du coup ça éclaire trop fort, et ces lampadaires ne sont pas réussi, ils éclaire très fort mais pas partout, ce qui est plus dangereux encore que de ne pas éclairer: ça éclaire juste histoire de se trouver dans un trou noir après.

coté diode, j'ai pu obtenir un modèle de remplacement des hallogènes, pour 40 euros (c'est cher mais ça comporte l'électronique, le radiateur, le cablage), faisant 3 watts de consommation, acceptant entre 9 et 12 volts (c'est une électronique interne qui gère l'allumage).
Le blanc est de bien meilleure qualité que pour une fluo compact, au lieu de 5 couleurs, le spectre est continu.
(c'est nouveau, car les diodes avaient souvent trop de bleu ou trop de vert)

Ce type de lampe pourrait très bien éclairer une pièce voir même un bout de rue, je compte l'installer sur mon vélo (une rouge et une blanche de ce modèle, ensemble font la puissance de la dynamo)
Les problèmes qui restent sont mineurs, ça ne consiste qu'à diffuser la lumière d'une source directive et ponctuelle. Une lampe frontale d'un constructeur français a un dispositif amovible qui fonctionne très bien, un cache plastique strié, l'éclairage est soit directif, soit diffus, avec, c'est remarquable une distribution égale de lumière appréciable pour marcher, la même chose version 10 watts serait un lampadaire de rue!

L'une de ces diodes éclaire le boudha de Montchardon depuis déjà quelques années et ne faibli pas (c'est pas simple d'éclairer un boudha, il faut que les couleurs soient respectées), cette diode simule une lampe à incandescence (température de couleur vers 3500K), elle avait couté assez cher, 100 euros. mais en se banalisant ça va baissé (3 ans après la mienne ne m'a couté que 40 euros, mais c'est une 6500K)

Je pense que cet éclairage est celui qui sera utilisé dans les prochaine décennies, la fluo compact à vapeur de mercure est transitoire.
De plus les diodes sont modulables (on pourrait régler l'intensité de l'éclairage public selon les horaires

mais ce n'est pas encore l'aboutissement: il y a encore des progrès à faire, il n'y a tout de même encore que 20 à 30% d'énergie qui devient effectivement de la lumière.
(contre 1 à 3% pour les lampes à incandescence)

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum