nature.et.partage

pour la terre, partageons la nature sans nous battre. mais... comment?


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

les effets de la pollution? (accrochez vous: texte long)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Invité


Invité
ha il a répondu et donne un chiffre.

Effectivement Il existe des etudes de type ashme ches les sportifs
professionnels le taux d'ashme passe de 6 à 12% environ et reviens à 6 % à
l'arret de la carrieres sportive
Les consequences sur la performance sont de type respiratoire et bien
controlé par le traitement de l'asthme
L'allergie aux pollens est au moins aussi importante que la pollution
amialement

Dr jm Lagarde
(c'est un docteur qui suit les coureurs cyclistes pro, connu via guillaume prébois)

merci beaucoup monsieur de votre réponse: un doublement de l'asthme, voilà qui est parlant et qui mériterait d'être mis à jour. Autour de moi je n'entent que dire que la pollution automobile a baissé, et il serait peu probable que la nature elle d'un coup fasse plus de pollen, même si on accuse l'embroisie qui chez moi est présente depuis bien plus longtemps que ça.

6% arrêt carrière sportive, avec j'imagine un suivi médical. coté amateur ce pourcentage doit être bien plus fort si on considère les athlètes qui décrochent d'un "bon" niveau.

- pouvez vous me dire, afin que je communique cette donnée à d'autres sportifs curieux de cette question, les sources et l'intervalle de temps écoulé pour observer ce doublement de l'asthme?
je communique avec des gens qui tentent le roulage quotidien pour aller travailler en vélo, mais qui sont plus exposés que le sont les cyclistes professionnels: c'est en vélo couché souvent, et précisément là où ça circule beaucoup.

- Et qu'en est t'il, si je vous ennuie pas avec mes questions de l'interaction entre allergies au pollens et pollution particulaires?, on a tendance à accuser la nature (campagne d'intox médiatique de 2006 2007 voir plus loin) alors que le pollen n'est qu'un "véhicule" des particules ultrafines du diesel ou encore vient par dessus des irritations due au chlore ou oxydes d'azote par exemple.

- Enfin a t'on pensé au dégagements gazeux photochimiques des produits agricoles, fortement irritants qui émanent des champs durant le période végétatives. de plus la période 1998-2004 a été celle de l'épandage généralisé d'herbicide en bordure de route, avec un pic vers l'an 2000 avec la grande campagne marketing de Monsanto.


bon, je ne sais pas si vous avez le temps de tout lire et de répondre, mais je vous envoie au cas où ça vous intéresse les réflexions qui seraient à creuser...


- CAMPAGNE D'INTOX Avez vous remarqué la tentative de de détournement d'opinion "c'est la nature qui pollue" menée par les lobbys durant l'année 2006-2007 avec diffusion conjointe du publicité pour automobile "à filtre à pollen" et de bulletin d'alerte pollen à la télé? C'était un peu gros, et cette "intox" a disparu les deux ans qui suivent du paysage audiovisuel, sur la pointe des pieds.

- ANTIMOUSSANTS DES PEINTURES TRANSFÉRÉS DANS LE CARBURANT en 2006, en automne on a aussi ajouté des antimoussants pour faire le plein plus vite sans que ça mousse, une façon de trouver un emploi à ces substances interdites d'usage dans les peintures,, peut être que ces produits carburent moins bien. à cela s'ajoute les additifs liés aux biocarburants qui perturbes le réglage délicat des diesels TDI et HDI.
- PHOSPHATES DES LESSIVES TRANSFÉRÉS EN ADDITIF ALIMENTAIRE
en 2005 on a transféré les phosphates des lessives dans des additifs alimentaire, là je suis sur j'ai un amis qui a travaillé 30 ans à l'usine qui y fabrique, Prayon, et j'ai même des brochures destinées aux industriels de l'agroalimentaire.
MÉTABOLITES DES PESTICIDES
Il y a aussi de fort dégagements de chlore ou de composés chlorés au printemps, partout où a été mis les herbicides de prélevée (alachlore, metazachlore, acétochlore), ces gaz se dégagent surtout le matin, quand le soleil tape sur de la terre humide, et le phénomène dure 80 jours après chaque traitement, souvent renouvelé d'ailleurs. Ces dégagement de chlore ne sont pas mesurés. j'ai demandé aux centres de mesures de la pollution.

Invité


Invité
conférence sur le scandale du diesel.

31200 morts an 2000 au cause du diesel
(30000 environ pour le tabac)
http://www.dailymotion.com/relevance/search/je%2Broule%2Bau%2Bdiesel/video/x2stfc_rouler-au-diesel-tue_news

http://jean.louchet.free.fr/perso/diesel.html

J'ai vu un article sur la perte de l'odorat chez les personnes exposées au diesel, je mettrai sa référence sur ce site dès que je le retrouverai.

ha voilà donc un élément d'explication de la perte de l'odorat de cette dernière decennie qui a fait le ratage du marketing ofalctif (je croyais que c'était du à l'abus de pâte à peau)



Amiante

L'amiante a été en 2002 la cause de 1018 cas de cancer en France. Un rapport récent du Sénat estime que le nombre de décès futurs sera compris "entre 50000 et 100000 d'ici 20 à 25 ans" soit entre 2000 et 5000 morts par an, Comparé au risque diesel, l'impact sanitaire de l'amiante apparaît donc faible. Je crois qu'aujourd'hui, tout le monde reconnaît qu'il a existé une stratégie délibérée de quelques industriels pour retarder l'interdiction de l'amiante. Existe-t-il une stratégie analogue en ce qui concerne le diesel? Le contenu mensonger de certaines publicités de constructeurs automobiles incite à le croire. Il est intéressant (et inquiétant) de constater qu'il a fallu 32 ans depuis la mise en garde des pouvoirs publics par la communauté scientifique sur la toxicité de l'amiante (1965) pour obtenir son interdiction (1997). L'année 2005 étant celle de la reconnaissance de la toxicité de la combustion diesel (grâce au rapport AFSSE), faudra-t-il attendre 2037 pour en obtenir l'interdiction, alors que cela est déjà fait dans certaines grandes villes japonaises?

Invité


Invité
Cher Mr bonsoir,
Jean Louchet m'a fait part de votre mail. En 2007 je suis allé au ministère de l'environnement pour tenter de sensibiliser les politiques. On m'a écouté distraitement et poliment répondu. En réalité ils n'en ont rien à faire, ces gens là n'agissent que sous la pression, médiatique ou autre, notamment psa et renault.Je fais partie d'une association médicale oû mon article est publié
http://santeenvironnement.fr/joomla_ASEP/index.php?option=com_content&task=view&id=42&Itemid=2
Je vous adresse en fichier joint l'article réactualisé.
Notre assoc. faisant parler d'elle j'espérais qu'un groupe écolo, wwf ou autre prendrait à son compte le scandale diésel et le médiatiserait.Espoir déçu, ce ne sont que des idéologues totalement incompétents qui préfèrent demander le boycot d'un savon à l'huile de palme! Véridique! De ce fait j'ai admis le fait que je ne pouvais faire plus.Je suis un scientifique et n'ai pas l'âme procédurienne mais ce serait la seule solution car les médias censurent et la population est en léthargie hypnotique chronique.Alors tant pis, j'habite à la campagne, je roule en gpl la nuit autant que possible et je vais acheter un filtre au carbone sur ma prochaine voiture qui aura la clim.Je suis sportif comme vous et l'an passé pour la 1° fois à Superdévoluy la pollution nox est montée sur les pistes de ski jusqu'à 2200m environ.L'avantage est qu'elle se voit.
Merci de diffuser mon dossier et le site de notre association même si je pense que ça ne sert à rien nationalement parlant. Les gens intelligents peuvent au moins s'informer.
Passez de bonnes fêtes. Bien cordialement,
G.Surian

La surmédiatisation du co2 ne doit plus servir d’alibi à l’occultation de la pollution toxique. Définir la propreté d’un véhicule par son émission de CO2 est un non-sens. Le gasoil est le carburant le plus sale : 1 000 hydrocarbures lourds très toxiques contre 100 plus légers pour l’essence et 10 légers (peu ou pas nocifs) pour le GPL.

c'est l'évidence même: le CO2 a été une des composantes majeures du "green wasching"

Ainsi les moteurs diesel “common rail” 1 300 bars (hdi) rejettent 13,5 fois plus de benzo(b)fluoranthène et 8 fois plus de benzo(a)pyrène ( C20H12 ) que les anciens moteurs diesel à 800 bars (24 p.35). Ces 2 HC sont classés “potentiel cancérogène très fort” (24 p.16). De même les nouveaux moteurs essence injection directe stratifiée et mélange pauvre polluent davantage que les autres (24 p.39).

C'EST DONC ÇA LE PHÉNOMÈNE KIPULPIR!!!



le système "stop and start" est un alternateur spécial de l’équipementier français Valeo (d’autres systèmes existent). Il coupe automatiquement le moteur à l’arrêt et le remet en marche quand on veut repartir. Deux modèles français sont actuellement équipés de ce système, en option. Il permet une réduction immédiate de la consommation urbaine de 8 à 15% et une diminution de la pollution sonore.

Oui, mais ce système augmente aussi l'effet de "chaud et froid" qui augmente la pollution lors d'une reprise. Le ralentit déjà est réglé trop bas.
ce qu'il faudrait c'est une voiture hybride avec un moteur électrique en guise de moteur principal et un groupe électrogène avec moteur thermique servant uniquement pour la recharge (et non pas un truc genre "prius diesel!!!).

pour le bioéthanol E85, composé de 15% d’essence et de 85% d’agrocarburant (obtenu à partir de végétaux alimentaires ou NON ALIMENTAIRES de 2° génération), il faut veiller au respect des engagements :
PAS D'ACCORD!!! soutiens aux agrocarburants!!! même pour le non alimentaire se poser la question du devenir des matières organiques qui auraient du devenir des engrais.

Pic d’ozone: interdiction de circuler pour tous véhicules diesel et pour véhicules essence antérieurs à 1992, avec toujours alternance pair et impair.
et nous devrions considérer comme pic d'ozone les valeurs supérieures à 80 micro-grammes par mètre cubes, 60 correspondant déjà au stress des végétaux (perte de rendement agricole qui condamne aussi le bio qui n'a pas de traitement "radical" en cas de faiblesse des végétaux) et à la gêne des athlètes d'endurance, 80 à la gêne des athlètes amateurs ou pratiquants de la propulsion musculaire quotidienne.

Invité


Invité
magnifique exemple d'intox avec du green-washing
http://www.moteurnature.com/actu/2006/pollution-automobile-co2.php

moteurnature déjà fait penser à une vision écolo des moteurs. il est vrai que ce site présente parfois des modèles de voitures moins outrageuses, mais ici on a bien une page d'intox
exemple.

Ces chiffres ont le mérite de clarifier les choses. Le seul critère à retenir pour une personne avec une sensibilité à l'écologie avant d'acheter une auto est le chiffre des rejets de CO2. Maintenant que toutes les émissions de polluants atmosphériques sont en baisse nette et prolongée, il faut se focaliser sur lui.
VOILÀ LE RÉSULTAT: en se focalisant sur le CO2 on en est arrivé à ce que..
les moteurs diesel “common rail” 1 300 bars (hdi) rejettent 13,5 fois plus de benzo(b)fluoranthène et 8 fois plus de benzo(a)pyrène ( C20H12 ) que les anciens moteurs diesel à 800 bars (24 p.35). Ces 2 HC sont classés “potentiel cancérogène très fort” (24 p.16). De même les nouveaux moteurs essence injection directe stratifiée et mélange pauvre polluent davantage que les autres (24 p.39).

Invité


Invité
http://master-ism.ujf-grenoble.fr/pages/m2/MRES/PDF/2007_7_KSOURY.pdf

Domaine de Formation : Sciences, Techniques et Santé Mention : Ingénieries pour la Santé et le Médicament (Master ISM) Spécialité : Méthodes de Recherche en Environnement et en Santé (MRES) - Master M2 Recherche Titre : La photosensibilisation de l’ADN par le benzo[a]pyrène et ses métabolites: études mécanistiques Auteurs : Zakaria KSOURY. Directeur de stage : Thierry DOUKI. Laboratoire d’accueil : Laboratoire CIB-LAN (UMR-E3-CEA/UJF), CEA Grenoble, 17 avenue des Martyrs, 38054 Grenoble cedex 09 Contexte : le Benzo[a]pyrène est un polluant de l’environnement doté d’un pouvoir cancérigène. Une synergie d’action a été rapportée entre ce composé et les UVA sur la formation in vitro de dommages oxydatifs.

La 8-oxo-7,8-dihydro-2’-désoxyguanosine (8- oxodGuo) est la principale lésion étudiée dans la littérature. Dans ce travail nous avons quantifié différentes lésions oxydatives de l’ADN dues à l’action génotoxique associée du B[a]P et des UVA.

Objectif : une meilleur compréhension des mécanismes moléculaires impliqués dans cette synergie d’action entre B[a]P et UVA. Les lésions oxydatives de l’ADN représentent une signature du mécanisme. Seront étudiés les rôles du B[a]P, de son métabolite, le BPDE et du produit d’hydrolyse de ce dernier, le tétraol.

Méthodes : toutes nos études sont basées sur des techniques chromatographiques et spectrales. Le système HPLC couplé à la spectrométrie de masse en mode tandem est le principal outil analytique utilisé. Le B[a]P ainsi que son principal métabolite le benzo[a]pyrene-r-7,t-8-dihydrodiol-t-9,10-époxide (BPDE) ont été évalués pour leurs synergie d’action génotoxique avec les UVA dans l’ADN isolé et les cellules en culture.

Par ailleurs, nous avons évalué les effets photosensibilisants du produit de l’hydrolyse du BPDE, le r-7,t-8,9,c-10-Tetrahydroxy-7,8,9,10-tetrahydrobenzo[a]pyrene (tetraol) et des adduits BPDE-ADN. Résultats : le BPDE induit la formation de 8-oxodGuo de manière plus importante que le B[a]P au niveau de l’ADN isolé. Nous enregistrons aussi la formation en petites quantités de produits d’oxydation de la thymine sans l’intervention du radicale hydroxyle. Le tétraol augmente le taux de 8-oxodGuo d’environ 20 fois plus efficacement que le BPDE et de manière quasi exclusive.

Il a été par ailleurs vérifié qu’à la différance du BPDE, le tétraol ne fait pas d’adduits dans l’ADN. Conclusion : le BPDE est un meilleur photosensibilisateur que le B[a]P au niveau de l’ADN isolé. Ses effets photo-toxiques passent par un mécanisme de photosensibilisation de type I. Par ailleurs, nous avons mis en évidence un effet photosensibilisant important du tétraol qui implique quant à lui, une réaction de photosensibilisation de type II. Le tétraol ne joue donc qu’un rôle limité dans l’action photo-génotoxique du BPDE. Cette dernière peut donc être attribuée aux adduits BPDE-ADN.

Ainsi nous pouvons conclure que ces derniers seraient les principaux responsables des effets photo-oxydatifs UVA-induits dus au BPDE au niveau de l’ADN isolé.

Mots clés : benzo[a]pyrène, BPDE, ultraviolet A, 8-hydroxy-2’-désoxyguanosine.

Invité


Invité
http://www.labo-analytika.com/html/definition_cap.html
archive
http://thevenet.jean.free.fr/journal/composes_aromatiques_polycycliques.html

extrait

Toxicité des Composés Aromatiques Polycycliques (CAP)

Source = US EPA (Agence de la Protection de l'Environnement nord-américaine)

Les composés aromatiques polycycliques constituent une classe qui comprend les hydrocarbures aromatiques polycycliques, les hydrocarbures azapolycycliques, les hydrocarbures thiopolycycliques, les nitroarenes et autres. Les composés aromatiques polycycliques prennent naissance dans tous les processus de combustion de combustibles fossiles, ou de manière plus générale contenant carbone et hydrogène. Parmi les sources industrielles : fours à coke, cracking catalytique du pétrole brut, production du noir de carbone, métallurgie du fer et de l'acier.

Il est démontré que les produits contenant des mélanges de CAP sont cancérigènes.

Plusieurs études épidémiologiques ont mis en évidence une augmentation de la mortalité par cancer du poumon chez l'homme exposé aux émissions de fours à coke, goudrons d'étanchéification des toitures, et fumée de cigarette. Tous ces mélanges contiennent benzo(a)pyrene, benzo(a)anthracene, benzo(b)fluoranthene, benzo(a)phenanthrene, et dibenzo(a,h)anthracene ainsi que d'autres CAP potentiellement cancérigènes et d'autres produits chimiques cancérigènes avérés et potentiellement cancérigènes, promoteurs de tumeurs, initiateurs, et co-cancérigènes tels que nitrosamines, goudron de houille et créosote. Bien qu'il ne soit pas possible d'évaluer la contribution individuelle d'un CAP au caractère cancérigène global de tels mélanges pour l'homme, les rapports de cette nature fournissent la preuve qualitative du fait que les mélanges contenant des CAP peuvent causer le cancer chez l'homme. De plus, plusieurs CAP ont induit le cancer chez l'animal par voie orale (e.g., benz(a)anthracene, benzo(a)pyrene, dibenz(a,h)anthracene), cutanée (e.g., benz(a)anthracene, benzo(a)phenanthrene, benzo(b)fluoranthene, benzo(a)pyrene, dibenz(a,h)anthracene, et indeno (1,2,3-cd)pyrene) ou respiratoire (e.g., L'US-EPA considère que les études de carcinogénicité de ces produits présentent assez de preuves pour justifier l'incorporation des CAP à la section 313 de l'EPCRA.

Invité


Invité
le Benzo[a]pyrène est un polluant de l’environnement doté d’un pouvoir cancérigène. Une synergie d’action a été rapportée entre ce composé et les UVA sur la formation in vitro de dommages oxydatifs.
ce qui expliquerait peut être la crainte du soleil (peau, cornée) en présence de la circulation, depuis les diesels modernes (alors que sous les tropiques et même à haute altitude je ne craignais pas)

Invité


Invité
cyclistes alertés
http://forum-cyclisme.forumpro.fr/l-entrainement-du-cycliste-f3/scandale-du-diesel-enfin-des-infos-t1823.htm
ce forum est "jeune", peu réactif mais tolérant; quoicque au vu des réponses ici constatées l'état d'esprit a changé, c'est bien plus réactif fin 2008 que en fin 2007 ou les sujets sur la pollution tombaient dans l'indifférence: ça change!

http://veloptimal.com/forum/viewtopic.php?t=20936
un précédent message sur ce sujet avait été verouillé, donc on va voir si ça passe. cela passait pour de "l'écologisme orienté sans réflexion globale"

la page
http://pourlaterre.free.fr/le-scandale-du-diesel.html
sera enrichie bientôt de toutes ces trouvailles.

ha, à noter aussi, ça a l'air de tenir
http://www.auto-evasion.com/forums/viewtopic_129140.html
(mais sur ce forum on ne peut pas donner de lien, mais il y a possibilité de parler à des pas encore convaincus)

Invité


Invité
après avoir tapé
/home/user> wget -r -np http://jean.louchet.free.fr/diesel/

10Mo environ de scan de coupures de journeaux arrivent alors dans votre disque dur.
vous pouvez peut être les lister directement (attention javascript de free, peu bloquer l'accès)

voici quelques perles. je vais retaper quelques extraits de textes lu sur ces images afin d'avoir des occurences lors des recherches par moteur de recherche...

j'ai déjà tapé ceci, mais ce dossier sera réactualisé.


070904SurianDoc03.jpg
à Los Angeles " dans l'air ambiant, selon la résidence des participants, Les concentrations se sont établies dans une fourchette allant de 5.2 à 26.9 microgrammes par mètre cube" (particules de moins de 2.5 microns sidérurgie et diesel)
La pollution particulaire agit sur les carotides.
"Cet ajustement établit une augmentation du rapport intima-media de 3.9 à 4.3 % pour chaque élévation de 10 microgrammes-mètres-cubes."

intima-media = parois interne de l'artère: quand elle s'épaissit, l'artère se bouche
070904SurianDoc03.jpg
----
070904SurianDoc04.jpg
Un risque triplé dans l'heure qui suit l'exposition
La pollution routière cause d'infarctus...

La pollution ,cause de tachyarythmies: Plus l'air est pollué par des particules de Diesel, plus le risque de tachyarythmies ventriculaires est importante chez les personnes porteuses d'un défibrillateur cardiaque implanté.
Les auteurs retiennent un lien entre le degré de la pollution des 72 heures précédentes (particules, charbon, dioxyde de carbone et de sulfures) et le nombre de déclenchement du défribrillateur automatique. Sur les 670 déclenchements, 164 sont constatés au cours des périodes de pollution que ne sont pourtant survenues qu'un jour sur dix en moyenne.
...
Il est estimé que l'exposition au trafic est associé à un risque presque triplé d'IDM dans l'heure suivante (QR = 2.92 IC95% 2.22 à 3.83)...
La pollution particulaire, rappellent les chercheurs est associée à des augmentations transitoires de la viscosité plasmatique, à des réactifs de phase aiguë, à une dysfonction endothéiale, ainsi qu'à une perturbation du contrôle autonome cardiaque.
" cette association suggère que la pollution atmosphérique particulaire provenant du trafic pourrait entraîner une rupture de plaque et peut être exacerber un environnement thrombogène) commente le Dr Peter Stone, Cardiologuque à la Harvad Medical School (Boston)
"en plus de ces effets très courts de la pollution atmosphérique particulaire, on ne soulignera jamais assez ses effets délétères à long terme sur toute la gamme de facteurs déclenchant athéroscléreux. Des décennies de preuves épidémioliogiques mettent en évidence la morbi-mortalité cardio-vasculaire liée à la pollution de l'air.


----
070904SurianDoc06.jpg

Depuis le début de l'année 2001, Un registre des accidents cardio-vasculaires à été is en place dans la région de dijon. Le Dr Yves Cottin (cardiologue au CHU de Dijon) à travaillé en collaboration avec le Pr Jean-Pierre Besancenot (unité climat et santé, faculté de medecine, Dijon) sur l'influence de la pollution atmosphérique sur l'incidence des pathologies cardio vasculaires.
Pour cela ils ont analysé rétrospectivement les dossiers des patients atteints et ont retenu ceux pour lequel des données atmosphériques quotidiennes étaient disponibles. Présence d'une borne météorologique, enregistrant les conditions atmosphériques et détectant différent polluants, proches du lieu où les premiers symptômes se sont déclenchés. Parmi les polluants atmosphériques, ces chercheurs ont distingué l'ozone, les dioxydes de sulfures et d'azote, les particules de moins de 10 micromètres. Ces dernières sont liées à la circulation et en particulier aux émanations des véhicules diesel, aux industries, aux incinérateurs dont le rôle est de plus en plus important.
...
Lorsque que le taux des particules fines est supérieur à 25 ug/m³ (soit un chiffre relativement bas, le taux d'admission à l'hôpital est majoré de 91% dans la population générale et ce chiffre est encore plus élevé chez les fumeurs ........
Si le rôle des particules dans le déclenchement des maladies respiratoires, la baisse des capacités respiratoires et l'induction de pathologies néoplastiques est connu, son effet sur le ceour et les vaisseaux est étudié depuis 3 à 4 ans... Les lapins élevés dans une atmosphère polluée par des microparticules présentent un taux de lésions athéromateuses plus important que les témoins et que ces plaques se caractérisent par un infiltrat macrophagique particulièrement intenses.
Dr Isabelle CATALA
Une communication présentée par le Dr Yves Brottin à l'occasion du congrès de l'American Heart Association

070904SurianDoc06.jpg


----------doc09
La pollution athmosphérique accusée dans le cancer bronchique.

Pendant des décennies, le tabac a été incriminé comme le seul responsable des cancers du poumon. Ce n'est plus le cas aujourd'hui, Plusieurs enquêtes importantes incriminent également la pollution atmosphérique, notamment les fines particules d'hydrocarbure émises par les usines et le trafic automobile, en particulier par les voitures fonctionnant au gasoil. Une session d'Eurocancer 2003 a été consacré à cette importante question avec la participation des meilleurs experts internationaux: Paolo vineis (Turin), Gerard Hoek (Bilthoven), Francesco Forastière (Rome) et enfin Aaron Cohen (Boston)
...
Ce sont les épidémiologistes américains qui ont les premiers attiré l'attention sur le danger des particules fines (PM2.5) de la pollution atmosphérique. L'étude de Dockery et coll., publiée en 1993 ("New England, Journal of medecine" 1993, 329 1753-1759) repose sur une cohorte de plus de 8000 personnes vivant dans six mégalopoles américaines pendant 14 et 16 ans. Il a été constaté une différence évidente du risque de cancer du poumon (allant jusqu'à 37%) entre la cité la plus polluée et celle la moins polluée en fine particule d'hydrocarbure, tout autre facteur (âge, sexe, tabagisme, obésité, éducation étant constant)

070904SurianDoc09.jpg

--------Doc11+12--------

Des gènes favorisent les réactions au diesel.
...
l'équipe de Frank D.Gilliland (université du sud-Californie) savait que les microparticules dégaées par ces moteurs favorisent l'apparition de radicaux libres dans les voies aériennes. Le système immunitaire y répond par la synthèse de substances responsables de la réaction allergique, que les antixoxydants semblent capables de modérer, D'où la recherche des californien sur deux enzymes à l'action oxydante, présentes dans le poumon: les M1 (Gstm1) et P1 (Gstp1) ...

LES GENES Gstm1 et Gstp1
au sein de la population, le gène qui code pout Gstm1 existe ou n'existe pas. En l'abscence homozygote du gène, la synthèse de l'enzyme est impossible (environ un individu pour deux), En ce qui concerne le gène Gstp1, il peut être porteur d'une mutation dite ile 105. Les sujets homozygotes pour la mutations (40% de la population) produisent une enzyme moins efficace.
Le travail américain à consisté à enrôler 19 sujet allergiques à l'embroisie et à les classer selon leur génotype vis-à-vis de ces deux enzymes. Ils ont ensuite reçu en srpay nasal, des allergènes d'ambroisie associés à des particules diesel, puis ultérieurement les mêmes allergènes plus un placébo.
Les sujets déficients en enzyme Gstm1 avaient une réaction clinique plus importante que les autres. Ceux qui en outre étaient porteurs d'au moins une mutation ile 105 de la Gstp1 présentaient une réaction allergique plus marquée en présence de microparticules diesel.
Les chercheurs estiment que de 15 à 20% des individus possèdent les deux variations genotypiques. Ce qui représente une vaste population sensible à la pollution atmosphérique.
"The Lancet N° 363 10 janvier 2004" 8- le quotidien du medecin N° 7452.

070904SurianDoc11+12.jpg


---------070904SurianDoc19.j-------
Ainsi, pour chaque augmentation de 10ug/m³ de ces particules, le risque d'évènement cardiovasculaire augmente de 24% (RR de 1.24) et celui de décès par maladie cardio-vasculaire croît de 76% (RR de 1.76)
... Notre étude confirme les précédents rapport et indique que l'ampleur des effets sur la santé pourrait être plus importante que ce que l'on avait reconnu.
DR VERONIQUE NGUYEN "new englant journal of medecine 1er janvier 2007 pp 447 et 511

----------070904SurianDoc19.jpg-----------

070904SurianDocA01.jpg

Dans une étude menée entre 2000 et 2002 l'INSERM a constaté que les malformation congénitales étaient statistiquement plus fréquentes dans les communes exposées aux incénérateurs en Rhône Alpes. Les chercheurs se gardent cependant d'établir une corrélation formelle: le traffic routier entretient en effet un facteur de confusion, les moteurs diesels en particulier émettant un autre polluant très toxique, les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP)

LE QUOTIDIEN DU MEDECIN n° 7498 LUNDI 15 MARS 2004

070904SurianDocA01.jpg

Invité


Invité
En Suisse, le chiffre des arbres atteints, qui était de 14 %
à la fin de 1983, est passé en 1984 à 34 % . Comment se fait-il
que dans le canton de Genève, où la circulation est extrêmement
dense, la forêt continue de se bien porter, alors que dans les
montagnes des Grisons, où l'atmosphère devrait être en principe
beaucoup moins salie, sapins et épicéas succombent par milliers ?
Explication : les vallées grisonnes, fermées aux vents d'ouest,
entretiennent une circulation atmosphérique chargée des gaz
d'échappement qui, vers les hauteurs, libèrent sous l'action des
ultraviolets de toxiques molécules d'ozone.

http://www.urbanisme.fr/prod/file/r2m/article/1985/1985_07_JUL/1985_07_029.pdf

c'est un phénomène de ce genre qui se passe également dans la zone où j'ai développé la prise de chou "pollution", une zone de vallées qui sans être encaissées empêchent le vent du sud de débourrer la pollution durant tout l'hiver, aboutissant à des taux d'oxydes d'azotes et de particules (les deux polluants étant liés) et en été à des taux d'ozones importants.
En été les taux d'ozone les plus élevées sont toutefois plutôt relevés plus à l'est, dans le beaufortin et la vanoise à 2000m d'altitude.

Invité


Invité
vu sur
http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=3207

Plusieurs études internationales mettent en avant la hausse de la mortalité due à des particules présentes dans l'air, notamment celles émises par les véhicules diesel. En France jusqu'à présent aucune étude n'avait été véritablement effectuée. C'est maintenant chose faite avec le dernier rapport (1) du Programme de surveillance air et santé (Psas) de l’Institut de Veille Sanitaire (InVS).

Menée dans 9 grandes villes françaises au cours de la période 2000-2004, pour environ 11 millions de personnes, l'étude établit un lien entre les niveaux de particules fines et grossières (PM2,5 et PM2,5-10) présentes dans l’air ambiant et le risque de mortalité. Sur l’ensemble des 9 villes analysées, le nombre de décès quotidien est significativement associé aux niveaux de polluants gazeux ou particulaires le jour et la veille des pics de concentration. L’excès de risque de décès est de 2,2% pour une augmentation de 10μg/m3 des niveaux de particules dans l'air, ceci quelle que soit leur taille, ainsi que de 0,9% pour l’ozone. Il est plus marqué chez les personnes de plus de 65 ans et pour la mortalité cardiovasculaire et cardiaque.
Accessoirement, l'étude confirme également l’existence des liens entre les niveaux d’ozone, de dioxyde d’azote et le risque de mortalité.

Si l'étude vient confirmer ce que l'on savait déjà au niveau international, elle permet de quantifier le risque d'une manière plus précise, sans pour autant fournir de données ville par ville, ce qui aurait été également très intéressant.
Alex Belvoit
1 - 'Analyse des liens à court terme entre pollution atmosphérique urbaine et mortalité dans neuf villes françaises'.
2- Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Paris, Rouen, Le Havre, Strasbourg, Toulouse.

Moins de particules fines, plus d'espérance de vie
LE MONDE | 03.02.09 | 16h10
"Il s'agit d'une étude historique qui sera citée des milliers de fois dans les années à venir", s'enthousiasme le professeur William Dab, titulaire de la chaire d'hygiène et sécurité au Conservatoire national des arts et métiers. (note du copieur colleur, et ici ça fait une de plus!) Ce spécialiste des problèmes de santé liés à la pollution atmosphérique salue ainsi le vaste travail de trois auteurs américains qui démontre qu'une réduction de la concentration de l'air en particules fines de 10 microgrammes par mètre cube (µg/m3) est associée à un accroissement de l'espérance de vie en moyenne de 0,6 année. L'étude a été publiée, le 22 janvier, dans le New England Journal of Medicine.

Diverses études ont jusqu'ici montré les effets délétères de la pollution par les particules fines (d'une taille inférieure à 2,5 microns ou PM2,5). Une augmentation de leur concentration de 10µg/m3 a été associée à une réduction de l'espérance de vie de 1,11 année aux Pays-Bas, de 1,37 an en Finlande et de 0,8 an au Canada.

Parallèlement, des chercheurs français publient dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire, mercredi 3 février, une étude confirmant les effets à court terme de la pollution. "Le risque de décès de toutes causes ou pour causes cardio-vasculaires est significativement associé à l'ensemble des indicateurs de pollution", indiquent-ils.

Ce type de recherches épidémiologiques vise à établir le fait que ces particules constituent un facteur de risque pour la santé. Le mérite de C. Arden Pope (Brigham Young University, Utah) et des coauteurs de l'étude "est d'avoir établi pour la première fois une preuve expérimentale de l'amélioration de l'état de santé à partir de données cohérentes sur un large territoire", estime M. Dab.


CANCER DU POUMON


Les chercheurs ont compilé des données concernant 51 zones métropolitaines des Etats-Unis et celles de la pollution à différentes époques, entre 1970 et le début des années 2000, quand la qualité de l'air s'était globalement améliorée. Ils ont calculé que "la réduction de la pollution de l'air contribue jusqu'à 15 % de l'accroissement global de l'espérance de vie".

En octobre 2008, une expertise collective de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) citait des travaux estimant qu'"environ 1 300 à 1 900 décès par cancer du poumon pourraient être évités chaque année dans 23 villes européennes si les niveaux de PM2,5 étaient ramenés respectivement à 20 et à 15 µg/m3." L'Union européenne ne s'est dotée pourtant que d'une norme maximale sur les PM2,5 de 25µg/m3 en 2010, qui ne deviendra contraignante qu'en 2015.
Paul Benkimoun

Voir le profil de l'utilisateur
Un article du figaaâro

Pour limiter leur exposition, les cyclistes doivent se tenir éloignés du flux de circulation.


Bonne nouvelle pour les cyclistes parisiens, mardi à la conférence de presse d'Airparif, l'association de surveillance de la qualité de l'air en Ile-de-France. Contrairement à certaines idées reçues, ceux qui utilisent les Vélib' ou leur propre vélo sont globalement moins exposés à la pollution que les automobilistes. C'est ce qui ressort d'une étude conduite en 2008 à l'aide d'un triporteur équipé d'appareils effectuant des mesures toutes les dix secondes de dioxyde d'azote (NO2) et des particules fines. L'exposition des cyclistes a été étudiée et comparée sur quatre grands itinéraires différents : le long du port de l'Arsenal, sur les quais de Seine, la rue de Rivoli et l'avenue Daumesnil.

L'étude d'Airparif peut donc rassurer les cyclistes. «Il y a plus de bienfaits à faire du vélo, même dans des conditions polluées, qu'à rester sédentaire», assure ainsi Patrick Le May, médecin au service de santé au travail (Ciamt). Mais elle montre surtout que l'exposition des cyclistes varie beaucoup en fonction des aménagements réservés au vélo le long des voies de circulation. Les pistes cyclables, les couloirs de bus et les zones cyclistes marquées au sol ont un effet bénéfique en éloignant le cycliste du flot de véhicules. Les pistes cyclables représentent la meilleure protection en terme de pollution, que ce soit pour le NO2 ou les particules. En empruntant une piste cyclable sur un trajet le long des quais sur la rive droite de la Seine, l'exposition d'un cycliste est réduite de 30 % à 45 % par rapport à un cycliste resté dans le flux de circulation.

«Le piéton est deux à cinq fois moins exposé que l'automobiliste à la pollution. Le vélo va se situer entre les deux, et plus il prendra des voies avec aménagements, plus il se rapprochera de l'exposition du piéton», résume Karine Léger, adjointe au directeur d'Airparif. En termes de communication, Airparif se montre discret sur les leçons pratiques à tirer de cette étude, celles-ci peuvent pourtant s'avérer utiles.

Éviter l'arrière des bus


Première règle pour les cyclistes : éviter les axes surchargés en trafic. En effet, les taux de pollution en NO2 augmentent avec le nombre de véhicules : 60 µg/m3 en moyenne sur le parcours Arsenal et Daumesnil avec 20 000 véhicules par heure en moyenne ; 90 µg/m3 sur le parcours Rivoli (30 000 véhicules) ; 120 µg/m3 le long des quais (80 000 véhicules). Les recommandations OMS sont de 40 µg/m3 en moyenne annuelle pour le NO2. «Il vaut mieux privilégier une petite rue moins exposée qu'un grand boulevard embouteillé, quitte à rallonger son parcours», recommande Patrick Le May. Dans les embouteillages, descendre de vélo et s'éloigner en poussant son deux-roues. Il est important de ne pas forcer pour ne pas s'essouffler.

Deuxième règle : dans les couloirs de bus, quand le feu est rouge, les cyclistes doivent éviter de rester à l'arrière des bus. En effet, des pics importants, même s'ils sont très brefs et peu fréquents, ont été observés par l'étude. À l'arrêt et encore plus au démarrage, ces engins crachent du dioxyde d'azote et des particules fines. Malheureusement, aucun espace n'est réservé aux vélos dans de nombreux carrefours. Quand cet emplacement existe, il est souvent pris d'assaut par les motos et les scooters.

Voir le profil de l'utilisateur
"L'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset) a rendu, lundi 23 mars, un avis sur les particules fines dans l'air ambiant selon lequel "la réduction des émissions doit passer avant le dispositif d'information et d'alerte sur les pics". L'expertise de l'Afsset estime qu'on "ne peut trouver de seuil de pollution au-dessous duquel il n'y aurait pas d'impact sanitaire" et que "les expositions fréquentes à des niveaux modérés de pollution ont plus d'impact sanitaire que les pics". Un "plan particules" sera inclus en avril dans le deuxième plan national santé-environnement, a annoncé le gouvernement." Le monde aujourd'hui

Voir le profil de l'utilisateur
bonjour
je suis tombé sur le scandale sur les particules diesel sur les site de vélo couché ( j'en cherche un pour aller travailler !?)
j'ai transféré l'info a quelques personnes et j'ai ouvert un post sur un forum scientifique pour voir la réaction. j'ai démarré très calmement pour ne pas me faire éjecter.
http://forums.futura-sciences.com/debats-scientifiques/320131-particule-diesel.html



Dernière édition par laself le Mer 17 Juin - 12:07, édité 1 fois (Raison : peufinage)

Voir le profil de l'utilisateur
http://jean.louchet.free.fr/perso/diesel.html

Je trouve cette page intéressante car elle attaque de front toutes les idées matraquées par l'industrie auto pour rendre le diesel sexy.

Le diesel c'est un phénomène très français: pour illustrer ça, les 24 heures du mans se courent en... diesel. L'indy car a choisi quant à elle l'ethanol.

A défaut de se documenter sur le web à ce propos, on peut facilement lire la nocivité du moteur diesel dans la noirceur des fumées qui s'échappent à l'accélération.

Voir le profil de l'utilisateur

Invité


Invité
quand Ulysse cite
De même, la très forte augmentation des maladies respiratoires et de l'asthme y compris chez l'enfant est dû à l'utilisation massive des motorisations diesel des dernières années (depuis 1995 en gros).

c'est bien cela. en Fait c'est depuis 1998, avec les TDI, les HDI et autres que ça s'est aggravé, depuis l'injection à haute pression.
Un autre facteur d'agravement est le renvoi de sensation qui incite le conducteur à conduire en excès de couple, dont en carburant non complètement. Le surdimensionnement des voitures rend ce style de conduite plus simple que de respecter la plage de carburation correcte; entre 1700 et 2100 tours par minute, un moteur de 120 CV est en effet incontrôlable en dessous de 90km/h, donc sur toute route "habitée"...

enfin, encore un article qui s'interroge de la santé des enfants dans les écoles près des périphériques. ça me fait penser au dramatique club d'aviron, basé en bordure d'une grosse nationale en pente.
voir la palabre pour ce club
http://thevenet.jean.free.fr/a-propos/pour-reunion-app-mai-2009.html

bonjour,
jean, j'ai lu quelques une de tes intervention sur les forum depuis quelques jours. j'ai trouvé cela fort intéressant.

j'aimerais avoir quelques conseil pour la
pratique du velo pour aller travailler.
comment essaye de limite les degats de la pollution si l'on doit se rendre dans un ville.
j'ai environ 20km de bois et 8km de route.
ma perception de la pollution (et en general) etant beaucoup moins forte, pourrais tu me donner des trucs pour savoir si l'environnement est polluer ou pas ? est ce que le fait d'etre dans les bois protege assez ?
est ce que un simple masque papier (pas a 2 cartouches, hein !) peut aider ?
j'ai ajouté un moteur electrique au vélo et donc maintenant je suis tes conseils, des que je sort du bois je réduis mon activité physique au minimum.
je vais aussi ajouter un polar...
merci d'avance
jean-christophe

Voir le profil de l'utilisateur

Invité


Invité
mise à jour de
http://prisedechou.free.fr/KIPULPIR.html

c'est rare des fichiers nommés en majuscule, c'est pas conseillé (systèmes de fichiers), mais là ça le méritait.

http://www.econologie.com/forums/la-vanne-egr-article-et-explications-breves-vt3958.html

http://www.internationaltransportforum.org/europe/ecmt/pubpdf/06NOxF.pdf

Où l'on finit par comprendre que KIPULPIR = NOX

bonne lecture

Voir le profil de l'utilisateur

Invité


Invité
longtemps que j'était pas venu visiter "mon" forum.
merci cher ami.
je vais étudier le pdf.

En ce qui me concerne, le kipulpir s'est aggravé d'un coup avec la prime à la casse. du coup j'ai pratiquement abandonné le vélo. On va voir si j'arrive à m'y remettre. Un autre trucs c'est que les gens prennent le plus possible des départementales pour pouvoir faire tirer sans risque de radar, il n'y a pas de fliques, et du coup, ça fait des voitures qui déboulent sur les routes secondaires. Le phénomène a pris une ampleur nouvelle avec l'usage du GPS.

Bon. je préparerais bientôt quelques copiés collé pour enrichir ce forum. Tout n'est peut être pas dit (extraits de mon livre en cours de rédaction sur le sport, chapitre propulsion musculaire et effets bénéfiques induits)

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum