nature.et.partage

pour la terre, partageons la nature sans nous battre. mais... comment?


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Idées pour contrôler le réchauffement de la planète

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

- La mission scientifique Lahofex a fait chou blanc. En janvier 2009, une équipe germano-indienne avait embarqué sur le Polarstern, un navire de recherche de l'institut Alfred Wegener, pour mener une expérience de fertilisation de l'océan et de piégeage de CO2 dans l'Atlantique sud. Six tonnes de fer ont été déversées dans une zone de 300 km2 située près des côtes argentines, et l'impact sur le phytoplancton observé pendant 39 jours. Résultat : l'ajout de fer a stimulé la croissance de microalgues, dont la biomasse a doublé pendant les deux premières semaines, absorbant ainsi, par photosynthèse, du CO2. Mais la floraison a été stoppée en raison d'une consommation accrue par de petits crustacés, des copépodes. Si bien qu'une faible partie du carbone absorbé a rejoint le fond de l'océan. Une seconde tentative d'ensemencement est restée sans effet sur le phytoplancton, l'écosystème étant saturé en fer. Cet échec fragilise les partisans de la géo-ingénierie, désireux de forcer les mécanismes naturels de la planète pour contrer l'effet de serre. Au printemps 2008, une conférence internationale avait jugé que la fertilisation des océans à grande échelle n'était "pas justifiée".

Pierre Le Hir

- A San Francisco un scientifique John Latham cherche à renvoyer la chaleur du soleil dans l'espace au moyen de l'effet albedo produit par la canopée de strato cumulus marins artificiels.

Steven Solter cherche à atomiser l'eau de mer pour créer une couverture nuageuse. Il a mis au point un catamaran sans émission de carbone, sans voile, avec des rotors de 20 mètres de haut type flettner (à effet magnus comme notre turbovoile) Les cristaux de sel récupérés dans la mer augmenterait aussi la condensation des nuages.

- L'envoi de particules de soufre dans la stratosphère augmenterait les pluies acides et endommagerait la couche d'ozone. On remarque cependant un refroidissement global mesurable après l'éjection dans la stratosphère de particules de poussières d'éruptions volcaniques catastrophiques du type Pinatubo.

- L'ensemencement des océans en urée riche en azote permettrait au phytoplancton, des plantes microscopiques en suspension près de la surface de la mer, de se transformer en "forêt luxuriante" marine, absorbant les excès de carbone dans l'atmosphère. Par rapport à l'ensemencement en fer, l'azote serait efficace dans 80% des océans. Grave inconvénient, les poissons meurent s'il y a trop de phytoplancton. On devrait irriguer les zones océaniques désertiques.

Voir le profil de l'utilisateur
La vapeur d'eau encore plus nocive pour le réchauffement climatique ? Une chute de la vapeur d'eau contenue dans la stratosphère terrestre a, selon une nouvelle étude, probablement contribué au récent ralentissement dans l'augmentation des températures à la surface du globe.

La vapeur d'eau est un puissant gaz à effet de serre qui absorbe la lumière du soleil et re-émet la chaleur dans l'atmosphère terrestre. L'étude révèle que la vapeur d'eau de la stratosphère a été un moteur important du changement climatique global au cours de la dernière décennie.

En utilisant une combinaison de modèles et de données, Susan Salomon et ses collègues montrent qu'un déclin de la concentration de vapeur d'eau stratosphérique autour de l'an 2000 a eu un effet sur les températures moyennes de surface du globe entre 2000 et 2009.

La vapeur d'eau des basses couches stratosphériques en particulier a probablement été un facteur significatif de l'aplatissement des températures moyennes globales depuis 2000, ralentissant ainsi la vitesse du réchauffement d'environ 25 %. De plus, les auteurs montrent que les quantités de vapeur d'eau ont probablement augmenté dans la stratosphère entre 1980 et 2000, période de réchauffement global plus rapide.

Bien qu'il ne soit pas encore clair pourquoi les niveaux de vapeur d'eau ont récemment diminué, l'étude fait ressortir l'importance que peuvent avoir les concentrations de vapeur d'eau stratosphériques pour notre climat.



« Contributions of Stratospheric Water Vapor to Decadal Changes in the Rate of Global Warming » par S. Solomon, K. Rosenlof, R. Portmann, J. Daniel, S. Davis, T. Sanford du NOAA Earth System Research Laboratory à Boulder, CO ; S. Davis, T. Sanford de l'Université du Colorado, Boulder à Boulder, CO ; G.-K. Plattner de l'Université de Berne à Berne, Suisse.

http://www.enerzine.com/14/9138+rechauffement-climatique---la-vapeur-deau-nocive+.html

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum