nature.et.partage

pour la terre, partageons la nature sans nous battre. mais... comment?


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

limites humaines au marathon et notes diverses énergie musculaire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Invité


Invité
- Noté dans le tour de France 17 juillet 2008 bla bla commentateurs. temps au marathon de Lance amstrong durant sa retraite, 2h48 et de gélabert 2h46
cela donne 15 à 15.2 km/h en course à pieds pour des cyclistes qui tiennent sur le plat plus que 38km/h seul sur des distances équivalente, ce qui correspond à une VO2max de l'ordre de 68 chez les coureurs à pieds. Or les coureurs cyclistes sont plutôt au dessus de 70, voir 80, 90 quand il font le tour, ils ont donc visiblement moins de rendement que les coureurs à pieds et vu que la vitesse à pieds est presque linéairement fonction de la puissance, ils auraient, à VO2 égale 75% seulement de la vitesse du coureur à pied de même niveau, et 5 km/h de moins..
j'avais relevé dans les distances courtes (de l'ordre de quelques kilomètres et de quelques minutes), un écart de -4km/h entre les rameurs et les coureurs à pieds de niveau relatif égal. les meilleurs rameurs dépassent difficillement 18 à 19km/h là où les coureurs à pieds tournent vers 22-23 sur 3000m ou le 10000m

- noté dans "FILM Super size me 20091104-1540.wmv" vers 11'
"pour vous sentir comme un américain moyen, limitez vous à 5000 pas par jour".
plus de 60% des américains ne font jamais d'exercice. on compte 2000 pas par 1500m, une personne qui travaille au bureau et roule en voiture ne fait que 2500 pas par jours. (et je pense que beaucoup de pas, sur les 2000 enregistrés ne correspondent pas à de la marche mais à du piétinnement.
le new yorkais moyen parcours 6 à 8 km/jour. 3 mac dos en 1.6 km , presque 2 par km carré.

Invité


Invité
il faut 40 à 100 watts pour marcher.
pour du 6km/h il faut 100 watts à 75Kg.
la possibilité d'endurance du sédentaire ne permet même pas de marcher "normallement", on tombe alors vers 30 watts vers 2.5 à 3km/h.

1watts.heure demande au mimimum 3.45 kcal pour être produit, le rendement des muscles est de 25% presque éxactement, en régime aérobie.

monter un escalier ?
si chaque marche fait 15cm, qu'on en franchi 100 par minute cela veut dire que l'on monte de 0.24m/s (900m/h) la vitesse des vieux qui montent leur bois entre Aime et les alpages avant la généralisation des moteurs: 2.4 watts par kilos.
mais monter des escaliers consomme un peu plus que monter un sentier en pente, pour la même vitesse verticale, en effet on est obliger de monter les jambes plus haut que la hauteur de chaque marche alors que la trajectoire finale du pieds, donc du bas de la jambe est horizontale (pas de perte d'énergie potentielle) avant de se poser sur le chemin.
si on perd 5cm de hauteur fois le poids des jambes, les escaliers feraient consommer dans les 15 watts de plus que monter un sentier en pente dure.
je me suis posé la question en constatant que j'avais, à vitesse ascensionelle égale un peu plus de pulsations cardiaque en montant des escaliers qu'en montant un plan incliné. les escaliers sont plus... fatiguants: ils ne devraient exister que pour les pentes où l'on dépense sinon plus d'énergie à s'agripper pour ne pas glisser!

descente. j'ai remarqué que même des descente raides ne consomment pas d'énergie: les muscles peuvent se contracter sans consommer de l'énergie si ils le font sans fournir un travail, pour freiner par exemple, la fréquence cardiaque est même plus basse en descendant un chemin par rapport à marcher sur le plat. c'est fatiguant par fatigue musculaire mais ça ne consomme pas de calories en plus pour freiner.
Faire l'amour ? en multipliant la fréquence d'oscillation par la différence de hauteur du corps ça doit se calculer, si le lit est à ressors il faut tenir compte du fait qu'une partie de la hauteur est restituée par rebondissement. je pense que ça consomme comme la marche à pieds sur le plat. par contre ça met en branle tout l'organisme, les glandes consomment, sans doute.

le cerveau consomme à peu près les 3/4 du métabolisme de repos, j'ai lu aussi quelque part que ça ferait 70 watts d'énergie métabolique.
les poseurs de chaudières calculent que les écoliers restituent 60 watts chacun d'énergie thermique.
donc un écolier consomme 70 watts de cerveau plus 60 watts de chaleur, on a bien les 120 130 watts qui correspondent au métabolisme de base. mais une partie seulement devient de la chaleur, une autre partie en énergie chimique.
si les yogis arrivent à tant baisser leur consommation d'oxygène, c'est surtout par ce qu'ils arrivent à ralentir le cerveau. d'ailleurs certains y arrivent si bien que les scientifiques se demandent où est passé la conscience (cela ouvre des question sur laquelle la science ferait bien de chercher). mais la censure paradigmique fait qu'on ne trouve jamais de truc sérieux sur le sujet alors que ce n'est techniquement pas difficile de passer des yogis au scanner...
le dalai lama avait idée de former des moines scientifiques habitués à créer des état de méditation en présence d'appareils de mesure et dans un contexte de civilisation occidentale, car la difficulté semble là: entrer en méditation hors de sa grotte ou de son temple...
peu d'échos à cette idée. ça devrait être l'un des axes essentiels de la recherche!

Invité


Invité
canard col vert

Le taux métabolique basal de l’adulte est estimé à entre 3,1 et 3,9 kcal/h (Alisanskas et Ankney, 1992).
Le mâle a un taux métabolique plus élevé que celui de la femelle (Smith et Prince, 1973). Le taux métabolique minimum lorsque le Colvert nage à vitesse moyenne (0,5 m/sec) est de 5,8 kcal/kg*km, et lorsqu’il vole, entre 49 et 60 kcal/h (Prange et Schmidt-Nielsen, 1970; Drilling et al., 2002). Le coût moyen d’incubation est de 23,9 kcal/d (Drilling et al., 2002)
http://www.ceaeq.gouv.qc.ca/ecotoxicologie/oiseaux/CanardColvert.pdf
3,1 et 3,9 kcal/h soit 4 watts
13 watts à 17 watts MÉCANIQUES pour voler
poids environ 1.2 Kg
il semble que la rapport puissance sur poids minimum pour voler 10.8 minimum à 14.16
disons au dessus de 11 et en dessous de 15.

Invité


Invité
l'homme peut t'il voler?
par exemple si on prend une finesse de 10 et une vitesse de l'ordre de 40km/h, si on voulait maintenir un tel "avion" en pédalant, ça serait comme monter à 40km/h une pente à 10%.
cela représente 4000m/h (ce qu'est capable le chamois) soit 2.27 fois mieux que 1760m/h qui est ce qu'obtient le coureur cycliste (dopé?!) amstrong sur route sur l'alpe d'huez je ne sais plus l'année mais ça doit être il y a 3 ou 4 ans
et encore. compenser 4000m/h avec un avion léger de 15 à 20Kg signifierai être capable de 3 fois mieux qu'amstrong dans ses beaux jour, c'est pour cela que les avions humains ne volent que par effet de sol.
même à 25km/h avec une finesse de 10 (ce qui serait un exploit), on doit encore être surhumain d'un facteur 2 (un athlète normal gagnant dans les 1300m/h avec un vélo lourd, tenir du 25km/h en compensant une finesse de 10 correspond à monter à 25km/h une pente de 10%... les meilleurs coureurs de tour de france s'y traînent à 17 et leur vélo est moins lourd.
je ne pense pas que on puisse atteindre une finesse de 30 à 40 avec de tels avions. ça ne semble pas le cas car les avions à pédales sont toujours restés près du sol.

Un athlète non dopé semble plafonner dans les 1500m/h de possible gain d'altitude
ce qui fait un rapport puissance sur poids supérieure à 1500/3600 0.41m/s fois constante de 9.81 = 4.08 watts/kilo fois 85Kg (cycliste plus vélo) 347w. mais en ajoutant la résistance de roulement vers 10 à 15km/h et en divisant par le rendement (perte dans la transmission dans les 0.95 de rendement), disons 380 à 400 watts.
les sprints longs (moins de 10') dépassent rarement 5 watts par kilos, 7 watts par kilos chez les très maigres (genre coureur à pieds ou grimpeur cycliste)

l'endurance chez l'humain semble se limiter à 4 watts/kilos.
la valeur normale est entre 2.5 et 3.3 watts par kilos (bonne santé, vie non sédentaire, propulsion masuculaire quotidienne).
pour avoir une base d'endurance optimale il semble qu'il faille brûler dans les 5000 à 9000kcal de plus que le métabolisme de base, dans la semaine, lors d'efforts d'endurance, c'est la ration que consommait les hommes préhistorique comme par hasard (17km de course à pieds par jour ou 25km de marche par jour, en moyenne). cela correspond à faire 10h d'endurance vers 250 watts pour 9000 kcal.
1 kcal brûlée en plus du métabolisme de base donne environ 3.445 fois moins de watt.heure d'énergie mécanique.

j'ai noté que des gens de 50 à 60 ans montaient encore à 900m/h des sentiers de montagne, ce qui donne en endurance 2.5 watts/kilos (sur des trajets d'une heure).

La majeure partie des gens menant une vie centrée sur l'utilisation de la voiture sont, si ils sont "sportifs" vers 1.5 watts par kilo, et si ils sont simplement sédentaire vers 0.5 à 0.7 watts par kilos.
sur des vélo ergométrique, les hommes "de la rue" sont vers 50 à 70 watts, soufflent vers 100 watts et s'épuisent en quelques minutes vers 130 watts (vers 40-60 ans), les femmes font dans les 30 watts, fatiguent vers 50, s'essouflent vers 100.
ce qui serait normal serait de disposer d'au moins 150 watts en endurance pour les femmes et de 200 à 250 pour les hommes.

les "sportifs" ne récupérèrent que la moitié du potentiel de puissance en continu si ils négligent la base de l'endurance, ce qui est presque toujours le cas: bilan, 1.5 à 2 watts par kilos au lieu de 3 à 4, disponibles sur une heure.
le fait de stopper la pratique l'hiver, ou durant de longue pérdiode comme les vacances empêche de "décoller". de plus, si l'endurance est très basse, spontanément on tend à s'entraîner, quand l'idée nous vient, au dessus de la zone "sensible à l'entraînement", et du coup on est dans un faux rythme qui peut durer des années et ne pas augmenter beaucoup sa puissance aérobie.

le dopage ajoute environ 20% en endurance aux limites humaines, peut être 30, ce qui transforme le 4.5 watts/kilos des meilleurs athlètes "naturels" à 5.5 à 6 watts par kilos; 380 watts limites des années 1990 deviennent du 450 watts chez les coureurs cyclistes (entre 70 et 75Kg).
le tour de france 2007 nous en a montré un magnifique exemple (l'équipe astana lors d'un contre la montre à Alby, je pense que "vino" maintenait plusieurs minutes de suite des puissances de l'ordre de 600 watts!!!, le tour de France m'exaspère, ils ne donnent pas la vitesse, le cardio ou autres paramètres permettant de juger de la situation en dehors du spectacle. pour la vitesse heureusement, il y a les traits de peinture normalisés au bord de la route, le rythme de défillement peut donner idée de la vitesse, je me suis pas penché en détail dessus mais c'est normalisé, la DDE doit connaitre les distances, alors il suffit de compter le nombre d'images sur une distance ainsi connue, 25 par secondes pour avoir idée) mais sur le plat c'est peu précis, c'est à la vitesse acenscionnelle que l'on jauge les coureurs.
en côte au lieu de plafonner vers 1300 à 1400m/h sur des grands cols, les coureurs montent entre 1600 et 1700.

Il semble que les femmes ont entre 30 et 20% de moins de rapport puissance/poids que les hommes dans les sports de force endurance comme l'aviron, l'écart est moindre en course à pieds ou en vélo. je pense qu'il se situe dans les 15%

record de vitesse en propulsion musculaire, 83km en une heure.
Sam Whittingham a sorti une puissance mécanique moyenne de 275 watts. (il pèse 60 65kg environ) dans ce "vélo" http://pourlaterre.free.fr/records_heure_sam01.jpg http://pourlaterre.free.fr/aide_extirpation_de_sam.jpg
(il a amélioré, il est un peu au dessus de 84)
"La Suissesse Rosemarie Bühler a pulvérisé le record de l'heure féminin avec
73,411 km. Sam Wittingham a quand à lui amélioré son propre record avec 84,215 km... sources news : http://www.biketothefuture.ch" (année 2008)


cet essai me laisse penser qu'il serait facile d'assurer du 50 à 60km/h dans des engins viables genre vélo train avec seulement 1 watts par kilo de personnes embarquées.
vélotrain à une place dans un parc d'atraction
http://pourlaterre.free.fr/Shweeb_Video.flv
(pour mieux voir faire "afficher en 16/9eim)
Si ça marche avec si peu d'énergie généraliser de tels transports en commun signifierait, en combinant énergie musculaire FACULTATIVE et énergie solaire ou éolienne, ou opportuniste mais à échelle humaine... se déplacer "quasi gratuitement", je vois là une solution pour réduire le désastre écologique, mais les gens ne sont pas prêts à cette idée.

J'ai une source fiable à 100% pour la vitesse ascentionnelle. C'est michele ferrari, qui dans son site http://www.53x12.com/do/show?page=indepth.view&id=104 donne pas mal de "VAM" une unité de mesure mise au point par ses soins en regardant, comme nous, la télé. Il connaît par coeur les ascensions car il les utilise pour mesurer les progrès de ses coureurs et de ceux des médecins dopeurs concurrents afin de rester en pointe dans la course aux armements.

Sa VAM c'est le moyen de connaître le niveau de performance des coureurs comme portoleau qui publie régulièrement des chiffres hallucinants sur www.cyclismag.com

En ce moment guillaume prébois a terminé le tour du monde à vélo en 80 jours. Il pédale à la limite humaine pour son âge et s'est plaint de plusieurs choses lors de son périple.

A la veille de son arrivée à Paris, Guillaume Prébois tirait les leçons du pari fou qu'il s'était lancé.

Comment vous sentez-vous, après avoir avalé 13 500 kilomètres de bitume en 80 jours ?

Je me sens étonnamment bien. Même dans mes prévisions les plus optimistes, je n'aurais pas pensé que mon corps réponde aussi bien après cet extrême périple. C'est plus une fatigue psychologique qui me tombe dessus : j'ai commencé à entrevoir depuis une quinzaine de jours une lassitude de monter sur mon vélo.



N'en aviez-vous pas marre de rouler 200 kilomètres par jour ?

Quand tu sais le matin que tu vas faire entre six heures et sept heures de route, tu te demandes toujours à quoi tu vas bien pouvoir penser et ce que tu vas faire tout seul sur ton vélo, avec comme seul point de repère ton guidon. Mais finalement, les journées passent toutes rapidement. J'ai eu la chance de découvrir des paysages, et c'est cela qui m'a sauvé sur ce tour du monde.

Cette lassitude vous a-t-elle conduit à vous dire "J'arrête" ?

Je n'ai jamais pensé à abandonner une seule seconde. Je faisais même des prévisions catastrophistes : j'étudiais mentalement la façon dont je pourrais conduire mon vélo si en cas de chute je me cassais un poignet ou un bras. Les Américains m'encourageaient en me criant : "Finish the job !", "Termine le travail". Beaucoup de gens m'ont écrit pour me dire que ce n'était pas grave si je ne terminais pas ce tour en 80 jours : "N'oublie pas que tu te bats contre une fiction", m'a-t-on répété. Mais le voyage de Phileas était devenu réel à mes yeux. Un peu comme un acteur qui serait un peu trop entré dans un personnage.

Qui avez-vous finalement le plus poursuivi à travers la planète : Phileas ou vous-même ?

Les deux ! Il a fallu que je me batte contre Phileas Fogg pour que je repousse mes propres limites. C'était le seul prétexte possible pour aller chercher un défi aussi extrême. Pour ce genre de challenge, c'est impossible de savoir à l'avance si ton corps va tenir. Je suis parti pour me battre moi-même, mais la seule raison valable était d'égaler le record de Phileas. Il n'y a qu'un rêve qui peut te conduire à ce genre de chose, il n'y a pas assez de fantaisie dans la réalité pour pousser quelqu'un dans ses retranchements.

Vous êtes-vous senti en danger ?

Jamais ! C'est assez encourageant de pouvoir dire que l'on peut faire un tour du monde sans avoir la sensation de peur. En revanche, sur la route, en tant que cycliste, j'étais vraiment une cible. Il y a une sorte de rivalité incompréhensible entre l'automobiliste et le cycliste. Peut-être parce qu'il voudrait être à notre place, il est jaloux de notre liberté et ça le conduit à être agressif... Des camionneurs venaient exprès me frôler. Il y a des étapes où je me suis dit : "Celle-là, je l'ai terminée sain et sauf." Avant le départ, il y a toujours une appréhension, tu espères que tu vas arriver intact.

Je ne saurais que trop lui conseiller de tenter la pratique du vélo couché. Non seulement l'automobiliste devient plus amène envers le cycliste qui est devenu dans son esprit premièrement un ovni sur la route deuxièmement un handicapé en vadrouille et troisièmement un objet de curiosité attirant une sympathie naturelle. Bien sûr rien ne l'empêchera de passer sous un camion au premier virage. Mais pas plus ni moins qu'à vélo.

Quel est le pays le plus hostile au vélo ?

Les Etats-Unis, sans aucun doute.

Pourtant, c'est la nation de Lance Armstrong, le septuple vainqueur de la Grande Boucle...

C'est bien pour cela qu'il vient faire du vélo en France. 99 % des Américains n'ont pas fait de vélo ou très peu dans leur jeunesse. J'ai croisé seulement deux coureurs dans ma traversée des Etats-Unis, c'est hallucinant. Ce n'est pas l'Australie et son amour pour le cyclisme...

Comment est perçue la France dans les contrées lointaines ?

Il y a toujours un soupir d'émerveillement dans un premier temps. J'ai senti une image mélancolique du pays. On est tombés plusieurs fois sur des gens qui nous ont crié "Vive la France, vive la République !". Pour les étrangers, la France se résume à Paris. Ce qui est drôle aussi, c'est que tout le monde est au courant que Nicolas Sarkozy est marié avec Carla Bruni, même dans les tréfonds du globe. Il y a quelques jours, le groom de l'Empire State Building, m'a dit en me voyant : "Oh, oh, oh, Carla Bruni !", puis il a ajouté : "Système de santé gratuit."

Vous avez même écrit que les jeunes que vous avez rencontrés ne souhaitaient pas venir en France pour y vivre...

La France déclenche une fascination romantique, mais elle n'a pas de "business appeal". Les jeunes Indiens, par exemple, veulent aller faire carrière en Australie, aux Etats-Unis ou en Asie du Sud-Est, mais pas en Europe.

Quel a été votre pire ennemi pendant ce voyage ?

Le vent. Quand il est de face, tu ne peux rien faire. Le vent, c'est ton maître : quand il est contre toi, il joue avec toi, tu es sa victime. Il ne faut surtout pas penser à descendre du vélo, sinon tu descends : il faut vraiment s'accrocher.

Pauvre guillaume, il lui faut vraiment changer de vélo pour un vélo couché. Au lieu d'appuyer toute la surface du parachute composé par l'homme et le vélo droit, pendant si longtemps, il aurait ressenti le vent contraire comme une résistance juste un peu gênante... et le vent favorable comme une aide précieuse! Je crois qu'il aurait aussi beaucoup apprécié le vélo couché sur le plat.


Et à quoi pensiez-vous ?

Aux personnes qui ont mis des billes dans ce projet : je ne pouvais pas les décevoir. Et puis, on se rapproche de la nature, on voit les étoiles, on revoit de la couleur. Les villes nous aveuglent, elles ne sont faites que de noir et blanc. On se retrouve avec soi aussi. Ces moments-là n'existent pratiquement plus dans la vie cadencée imposée par un système.

Avez-vous aussi redécouvert le goût des aliments ?

J'ai fait un tour anarchique au point de vue diététique. J'ai fait un tour du monde au hamburger-frites-ketchup avec quelques plats de pâtes entre. Mais c'était calculé ! Quand on entre dans une phase énorme de stress pour l'organisme, si le soir on m'avait servi des brocolis, je n'aurais pas fait plaisir à mon corps.

Il faut compenser la douleur de la journée au moment où tu es à table. Je n'ai jamais eu un jour sans de mauvaises jambes. Ton métabolisme brûle tellement de choses que la nature des aliments n'a finalement pas d'importance.

Qu'avez-vous appris sur les routes du monde ?

J'ai pris des leçons d'hospitalité par des gens qui ont fait pour moi des choses que je n'aurais pas faites pour des étrangers et que maintenant j'aurai envie de faire. Tu te rends compte aussi que la société dans laquelle tu as grandi n'est peut-être pas la bonne. Chaque jour a été une gifle, je ne suis pas le même Guillaume que celui qui est parti il y a 80 jours.

Après ce long voyage, comment avez-vous trouvé la Terre ?

Elle est belle, malgré tous les discours alarmistes. Je l'ai trouvée vivante, ça m'a rassuré quelque part : nous ne sommes pas encore au bout du rouleau. Mais je me pose des questions. Pour moi, la beauté de la planète n'a rien à voir avec un processus aveugle et cruel. Ce que j'ai vu, ce n'est pas explicable par le temps qui passe. J'ai regardé les ailes parfaitement géométriques d'un papillon, il faudrait un ordinateur pour les faire aussi précises. Je suis parti croyant, je le suis revenu encore davantage.

Je suis toujours effrayé par de tels constats de bonne santé sur la planète diffusés dans les media par des "gens qui y ont été voir pour nous". Force est de constater qu'avec le point de vue de sirius, la planète est toujours aussi bleue. Avec le point de vue du cycliste aussi. Il faut traverser les pays par les endroits où ils sont pas propres, pour comprendre, un peu, l'étendue affreuse des dégâts.


Vous prouvez que l'on peut faire du vélo sans se faire masser...

Je suis convaincu que les fibres musculaires ne sont pas faites pour être malaxées. Je pense que beaucoup d'athlètes de haut niveau ont des problèmes musculaires car ils sont excessivement massés. Je n'ai jamais eu un seul souci musculaire depuis que je fais du vélo, pas une seule tendinite. Les masseurs du Tour de France vont me haïr maintenant.

Et sans se doper aussi...

Je pense que le corps est capable de s'adapter à tout : il est capable de te fournir exactement la prestation que tu attends de lui. On a tendance dans nos sociétés à sous-estimer nos capacités.

Avez-vous réussi à trouver Phileas Fogg ?

Je l'ai aperçu, j'ai vu son image parfois derrière les vitres des trains qui me doublaient parce que c'était les mêmes trains, qu'il prenait, comme l'Union Pacific aux Etats-Unis. C'est encore les mêmes chemins de fer, les mêmes wagons, j'ai cru le croiser. Je l'ai vu aussi en moi parfois, en essayant de maintenir le calme qu'il affiche dans le roman, dans les situations où moi j'étais en difficulté. Je savais que le flegme de Fogg était la clé pour m'en sortir : ne jamais paniquer quelle que soit la situation, c'est ce que j'ai essayé de faire.
Propos recueillis par Mustapha Kessous

Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour, voici un petit message pour dire que j'ai trouvé les textes de jean par hasard sur le net. Je le strouve très interessant et les ai envoyé a de nombreuses personnes. Pour ma part j'habite a paris et vais au boulot a pied, ca me fait a peu pres 13 Km par jour quotidiens, une habitude que je conseille, on evite les transports et ca fait un SAS entre le boulot et la maison. 3500 km depuis un peu plus d un an Smile Ca parait beaucoup mais au final je met en gros 50 min par aller au lieu de 30 en métro bondé..

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum